Crea sito

le corail

corail de Trapani

Le corail

Trapani prA�sente un excellent travail du corail et une production de bijoux grA?ce A� sa position gA�ographique, en effet elle donne sur la mer TyrrhA�nienne au Nord et sur la mer MA�diterranA�e au Sud-ouest.

La tradition

La pA?che du corail rouge dans la mer MA�diterranA�e a toujours A�tA� une activitA� trA?s importante. Les pA?cheurs de corail travaillaient sur des bateaux appelA�s A�A�ligudelliA�A�, du mois de mai au mois de septembre, la pA�riode de la pA?che.

Depuis le XVA?me siA?cle, avec la connaissance des artisans juifs et successivement des artisans siciliens, le corail devint un produit fondamental dans le commerce des objets de luxe, assemblA� avec la��or ou le cuivre.

Au dA�but du XVIIA?me siA?cle les mA�tiers liA�s au travail du corail furent rA?glementA�s (maA�tres corailleurs, maA�tres sculpteurs, etc.).

Il y avait environ 25 ateliers dans la rue desA�A�A�CorallariA�A�, appelA�e ensuite A�A�strada degli scultoriA�A� et aujourda��hui A�A�via TorrearsaA�A�. Au XVIIIA?me siA?cle il y a eu le vrai essor, quand les bijoux et ornements en corail A�taient apprA�ciA�s par les rois, les princes, les cardinaux et les papes. Les produits demandA�s A�taient variA�sA�: chefs-da��A�uvre, prA�cieux objets liturgiques et domestiques, comme calices, rA�cipients sacrA�s, personnages de crA?ches ou porte-bonheur. Au XIVA?me siA?cle cet art dA�cline car la matiA?re premiA?re devient plus difficile A� trouver.

Les caractA�ristiques

Les maA�tres corailleurs travaillaient souvent avec les bronzeurs, orfA?vres et sculpteurs. Le travail du corail se partageait en plusieurs phasesA�:

  • Nettoyage du corail brut ;
  • La dA�coupeA�;
  • Le travail A� la lime et A� la meuleA�;
  • La��A�puration, pour redonner au corail sa couleur originaleA�;

La plus ancienne technique est celle A� A�A�retroincastroA�A�. O?a consiste dans la��insertion de petits A�lA�ments de corail dans le cuivre percA� et rempli de brai de cire et de toile. Il A�tait ensuite recouvert dans la partie arriA?re avec une plaque de cuivre dorA�e et dA�corA�e. Depuis le XVIIA?me siA?cle les maA�tres de Trapani dA�couvrirent une autre techniqueA�: la couture, une procA�dure peu efficace et peu sA�re parce que le corail pouvait facilement se dA�tacher.

MaA�tres corailleurs

Platimiro Fiorenza est un maA�tre corailleur de Trapani trA?s important. Au mois de dA�cembre il a reA�u le prix comme conservateur de la tradition du travail du corail, de la part de la��UNESCO. Parmi ses travaux, il y a la A�A�Madonna di TrapaniA�A� et un bA�nitier rA�alisA�s pour le pape Jean-Paul II, exposA�s dans les musA�es Vaticans.

Un autre maA�tre cA�lA?bre de Trapani est Alfonso Graffeo, habile rA�alisateur de bijoux.

Les plus importantes crA�ations en corail sont exposA�es au MusA�e RA�gional A�Conte Agostino PepoliA�A�, nA� au XXA?me siA?cle.